Les producteurs

Notre coup de dent

le jus d'ananas

Awal Lawani, le Bénin à Paris

« avec Inou, j’arrive à capturer la saveur du fruit au moment où il a été cueilli. »


dans les années 2000, Awal Lawani quitte son Bénin natal pour étudier à Paris. il adore les fruits, pas si exotiques chez lui, mais qu’ils le deviennent passés la Méditerranée. il en cherche partout à Paris, mais déchante bien vite : « ils n’avaient aucune saveur, surtout la mangue et l’ananas qui étaient fades. »

Awal Lawani se met martel en tête : il part en quête du fruit, celui qui aurait le même goût que chez lui. évidemment, il va au plus simple : il se met à importer en direct du Bénin et par avion les produits frais de chez lui tout juste cueillis. en 24h, ils arrivent sur le macadam de Roissy.

bien vite, Awal Lawani est étranglé par les coûts et l’administration : le fret, les contrôles phytosanitaire et tout le tintouin. Il arrête tout et rentre au Bénin pour réfléchir. alors qu’il discute avec un producteur d’ananas, celui-ci lui sert un jus pressé… « un jus magnifique ! »à ce moment précis, INOU est né. « il me semblait que le déplacement des fruits frais changeait leur goût, alors qu’avec un jus, je capturais à l’instant T le goût de mon enfance», s’enthousiasme-t-il.

il travaille avec des producteurs de sa région, et met au point avec eux un cahier des charges simple : les fruits sont cultivés sans pesticide, récoltés à la main, épluchés tout pareil puis pressés et embouteillés le jour même. pour le goût, c’est le terroir, le soleil et la patience surtout, « une qualité de plus en plus en rare », qui font le reste.

Notre coup de dent

le jus d'ananas