Les producteurs

Notre coup de dent

le veau rosé

Anne-France et Jean de Bauffremont, éleveurs consciencieux

« On n'a rien inventé, on offre à la vache l’alimentation que la nature a prévu pour elle : de l’herbe et c’est tout ! »


au cœur du pays d’Auge, il y a une femme Anne-France de Bauffremont et un homme, Jean de Bauffremont. chabadabada. entre les deux, une envie de faire des choses justes et vraies. le chabadabada s’arrête là, car élever de jolis veaux et leurs mères, ça n’a rien d’un film de Claude Lelouch. les faire grandir naturellement – uniquement nourris à l’herbe et au foin, sélectionner des plantes pour aider les bêtes à renforcer leur immunité, c’est de l’effort au quotidien. qu’ils ne s’imaginaient peut-être pas quand ils se sont rencontrés, à des kilomètres de là – à Paris – lui, ancien vigneron devenu formateur en dégustation et elle, coach en développement personnel. Jean a raconté à Anne-France, ses jeunes années passées dans le Morvan, avec son père éleveur de Charolais… et ils sont partis à la recherche d’une ferme rien qu’à eux. une toute petite avec 30 vaches, des Limousines, quelques Aubracs et un taureau, pas plus, pour faire tout soi-même et avec respect. des vaches nourries à l’herbe – uniquement ! – qui produisent un lait crémeux que Jean ne trait pas : « le lait des mères, c’est uniquement pour les veaux » et des veaux libres de gambader dès leur naissance : « il tête, il broute, il fait ce qu’il veut », ce qui donne à la viande une tendreté, une jutosité et un goût exceptionnel différent du veau de lait, qui n’a jamais mangé un brin d’herbe de sa vie.

Notre coup de dent

le veau rosé

Ses autres produits